AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Archive RP] Fragments de RP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elissa
Feue la Comtesse


Cantidad de envíos : 242
Fecha de inscripción : 14/09/2005

MessageSujet: [Archive RP] Fragments de RP   Dim 17 Sep 2006, 00:19

Amédée

N'ayant pas eu le courage de saluer ses ami(e)s de vive voix, Amédée-MOP avait rédigé un petit message. En chemin pour le Languedoc, il envoya son meilleur pigeon en direction d'Aurillac. Il regarda partir cette bouteille dans le ciel, qui n'était pas un message de détresse, mais en laisserait certainement. Il dût contenir toutes les larmes de son corps, tant l'émotion était forte. Il n'est pas facile de s'apprendre, et encore moins de s'oublier...
L'intelligent volatile, vola pesamment jusqu'à Aurillac, et c'était bien normal, car il était doté d'un gros crâne de piaf. Il arriva en fin d'après midi, bien fatigué du voyage. C'était bien normal aussi, car en plus de l'effort, il avait cogité longuement sur les raisons de sa difficile portance dans les airs, induite de surcroit, par ce maudit cerveau bien gros pour un coucou. Pardon un pigeon. "Dans quel vol hier, j'erre, hais sans tourment"… Pensa t'il, se tourmentant du coup en ce jour, et comble du comble : il était libre dans les airs ...
Enfin… Il se rappela sa mission, dans un éclair de lucidité dont ne sont pas coutumier les zoïzos, et se mit en chemin pour la mairie. Comme quoi on peut être vif d'esprit, mais s'égarer en vol, pour mieux suivre la Voie par la suite...
Il arriva quelque peu essoufflé, ne crachant pas ses poumons, car il détestait les vagues fumisterie comme son maître. N’allez pas croire cependant que vous fûtes en présence, d’un Aristotélicien pigeon…Cependant, s’il avait pu dire autre chose que « Cui », occasion au passage de souligner le mimétisme de la bête et du maître, concernant l’amour du travail bien fait, il n’aurait manqué de fustiger quelques politiques, au moyen de quelques « Couac ».


Cui ?

Oui, reprenons…
Il prit donc un marteau, et d’une aile agile, placarda le message sur le panneau de la mairie. Le but n’était donc pas de vous faire tomber dedans…Roulement de tambour…



Ze message :

Mes amies, mes amis, mes amours, mes tonnes d’emmerdes…
Je tente, de dissimuler avec une introduction à rallonge, l’émotion qui est mienne, alors que je suis en chemin pour le Languedoc. Je n’ai pu attendre mon ordination, et…je suis parti ce matin, lâchement… pour ne pas avoir à vous quitter des yeux. Ma tristesse est grande, mais ma foi encore plus. Raison pour laquelle je vous quitte. Mais aussi pour demeurer auprès de mes proches. Car, la petite Alionor aura bien besoin d’un tonton gâteau, n’espérons pas gaga, mais certainement jamais papa…Vous connaissez d’autre part l’attachement que je porte à ma sœur. Et, si dans le vol bizarre d’un pigeon, vous vous posez des questions… C’était simplement le seule moyen de vous faire parvenir ce message, qui peut être en contient plusieurs. Et si vous y voyez par moment quelques tentatives de prose goupilesque, et bien…c’est normal, car il faut parfois savoir rendre hommage à l’intelligence, fut-ce t’elle celle d’un canidé, pieu qui plus est. A la fontaine, je boirais de ton eau…
Comprenne qui pourra, y compris un joueur de soule, mais en attendant, mon pigeon n’est plus d’aucune utilité, donc, reviens sale bête !

Mes ami(e)s d’Aurillac, vous me manquerez toujours.

Amédée-MasterOfPuppets
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malpertuisoseetrit.darkbb.com
Elissa
Feue la Comtesse


Cantidad de envíos : 242
Fecha de inscripción : 14/09/2005

MessageSujet: Re: [Archive RP] Fragments de RP   Dim 17 Sep 2006, 00:20

Naissance de Reginhart


La nuit calme et silencieuse enveloppait la cité aux hautes murailles d'une brume légère et scintillante. La Lune, arrondie et souriante, veillait sur chaque maison, chaque toit de la ville, et offrait aux très rares passants nocturnes le bénéfice de sa lumière. Mais, ce soir-là, elle accorda une attention tout particulière à un certain logis.

Alors qu'au clocher sonnait une heure, une agitation eut soudain lieu à l'Hostel des Malpertuis. Les premiers signes de la délivrance avaient surpris Elissa dans son sommeil, et toutes les femmes de la maisonnée étaient désormais à son chevet, à savoir Henriette la gouvernante, Jacquotte la bonne, et Adèle la camérière. Le baron avait gentiment été prié de quitter les lieux et de laisser ces dames faire. On envoya Gros Guillaume quérir le médecin Basilus, le seul en qui la baronne ait confiance. Il résidait en une autre place du Languedoc, et ne serait certainement pas là avant le lendemain dans la matinée, et encore, s'il était diligent.

Jacquotte apporta de l'eau chaude, Adèle des linges propres, et Henriette soutenait Elissa de paroles réconfortantes.

Elle en avait bien besoin. Sa grossesse aboutissait avant terme... Se remémorant sa maladie, elle ne pouvait que s'attendre à enfanter d'un mort-né, ou d'un malade. Ce serait miracle s'il était sain et bien portant. Pourtant, son ventre gonflé avait des proportions admirables, et Elissa, priant pour ne pas perdre la vie, se prit à penser que le nourrisson pourrait être en pleine forme et peser plus de six livres.


***

Etouffant de chaleur, souffrant le martyre, Elissa sentit progressivement sortir de ses entrailles un petit corps chétif.

-"C'est un garçon, madame !" S'écria Jacquotte. Mais, assez vite, ses yeux allèrent du petit corps à Elissa, puis aux deux autres femmes, et elle eut un air embarassé. Elissa ne le releva pas, car elle était épuisée et les contractions ne cessaient pas, mais elle ne put pas ne pas entendre ce que la camérière constata à demi-mots :

-"Il est mort..."

Dans un soupir, Elissa reposa sa tête sur l'oreiller moelleux. Mais très vite les contractions reprirent de plus belle. La gouvernante fut la première à réagir :

-"Il y en a un deuxième ! Vite, mesdemoiselles, continuez votre besogne. Madame, faites encore un effort, je vous en supplie... Vous n'en avez plus pour très longtemps..."

Les forces d'Elissa l'abandonnaient. Il était déjà éreintant de mettre au monde un enfant, mais deux ! Elle était déjà si faible, et accablée par la mort du premier... Elle mourrait certainement, si elle faisait plus d'efforts. Elle n'avait pas le courage de lutter pour mettre au monde un autre corps sans vie. Les minutes semblaient des heures... Ses pensées allèrent au baron, qui plaçait tant d'espoir dans cette grossesse. Avec une pensée pour lui, elle reprit la lutte qui lui déchirait les entrailles...

Un vagissement se fit entendre.


-"Encore un garçon, madame !" S'extasia Jacquotte.
-"Et il vit !" Crut bon de rajouter Adèle.
La gouvernante prit l'enfant dans ses bras et le lava avec un linge chaud avant de le déposer à côté de la baronne.

-"Regardez-le, madame, comme il a le visage de son père !"
Avec tendresse, Elissa posa ses yeux sur son fils et y vit les traits du goupil qu'elle avait épousé.
-"Bonjour, messire Reginhart de Volpilhat..." Murmura-t-elle à ce petit bout d'homme, avant de le serrer contre son coeur. "Allez donc chercher le baron... Et une nourrice aussi."

Les dames s'exécutèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malpertuisoseetrit.darkbb.com
Elissa
Feue la Comtesse


Cantidad de envíos : 242
Fecha de inscripción : 14/09/2005

MessageSujet: Re: [Archive RP] Fragments de RP   Dim 17 Sep 2006, 00:21

RP officiel

Sortant sur le parvis du château comtal de Montpellier, la baronne de Malpertuis, fièrement dressée, clama d’une fois forte à la foule assemblée :

« Peuple du Languedoc ! Entendez les paroles de celle qui est désormais la voix de notre Comté !

Hier, au matin, deux membres du Conseil Comtal ont démissionné : la Dame Lancelote, baronne de Castelnau-Bonnefonds, qui occupait le poste de chancelière, et le sieur SirJames, baron de Sherwood. Suite à ces faits, deux nouveaux conseillers ont rejoint le gouvernement du Comté du Languedoc : le sieur Tragédie, ambassadeur du Languedoc et Lieutenant de Police de Carcassonne, et le sieur Docfusion, également Lieutenant de Police, à Lodève.

Ces flux de conseillers conduisent à une nouvelle répartition du travail au sein du Conseil Comtal :

La Dame Alienord a émis le désir de quitter ses fonctions de Porte-Parole au profit du poste diplomatique qu’est celui de Chancelière. Nous lui souhaitons un bon travail.

Le sieur Docfusion, nouvellement arrivé au conseil, a émis le désir de gérer les forces de police du Comté, au poste de Prévôt des Maréchaux, en accord avec la Dame Elissa, précédente Prévôt des Maréchaux, qui ne souhaitait plus œuvrer dans ce domaine. Sa requête a abouti : nous lui souhaitons un bon travail.

Le sieur Tragédie se verra attribuer, dès que cette fonction sera disponible, le poste de Commissaire aux Mines. Nous lui souhaitons par avance un bon travail.

La Dame Elissa, quittant ses fonctions de Prévôt des Maréchaux, se voit attribuer le poste de Porte-Parole, lien entre le conseil et le peuple. Nous lui souhaitons un bon travail.

Les sieurs Henael, Vince_78, Morpheus81fr, Auban Darrioumerle, Birkut, Thierry54270 et Alandaros se voient confirmés dans leurs fonctions respectives de Juge, Connétable, Commissaire au Commerce, Procureur, Capitaine, Bailli et Suppléant. Nous leur souhaitons un bon travail.

Par ailleurs, le Conseil Comtal souhaite faire appel au civisme de chaque languedocien : il vous est demandé, dans la mesure de vos moyens, de reconvertir vos potagers ou élevages en exploitations de blé ou de maïs, et cela afin de palier aux pénuries qui bloquent du même coup la production d’animaux par le Comté.

Un projet est à l’étude concernant le versement d’indemnités aux personnes apportant la preuve qu’elles ont reconverti leur champ.

De plus, le Comte invite tous les nobles possédant des fiefs en Languedoc à renouveler auprès de lui et du Comté leur allégeance.

Elissa de Volpilhat, pour le Comte

Fait à Montpellier, le 8 des ides de mars de l’an de Pâques MCDLIII »

Elissa roula ce parchemin et le remit à un valet, avant d’en dérouler un autre sous ses yeux, rédigé par le Comte, qu’elle lut d’une voix vibrante, haute et distincte :

« Nous, Charles de Bourbon, Seigneur de Vendôme, Comte du Languedoc,
Par-devant tous les Languedociens présents et à venir,
Et sous l’autorité du Roy de France Levan le troisième, de droit divin,
Nommons Elissa de Volpilhat Vicomtesse du Languedoc, et l’associons par ce titre à notre pouvoir. Nous souhaitons trouver en elle une conseillère privilégiée et la désignons héritière du Languedoc pour le cas où nous venions à disparaître, tant que nous serons à la tête du Languedoc.

Charles de Bourbon, Comte du Languedoc,

fait à Montpellier le 8 des ides de mars de l’an de Pâques MCDLIII »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malpertuisoseetrit.darkbb.com
Elissa
Feue la Comtesse


Cantidad de envíos : 242
Fecha de inscripción : 14/09/2005

MessageSujet: Re: [Archive RP] Fragments de RP   Dim 17 Sep 2006, 00:22

Fuite d'Elissa lors de son premier mariage

Tout s'était passé d'un coup. Les portes qui s'ouvraient, un cavalier beuglant qui en jaillissait... Des propos diffamants, fondés ? La jeune mariée l'ignorait. Seul son coeur lui parla en cet instant.
Elle aimait Down, bien sûr, et pourtant, elle ne cria même pas quand le jeune gaillard la saisit délicatement par la taille. Elle qui fréquentait beaucoup les tavernes l'avait à moults reprises abordé. De longues discussions abreuvées, des rumeurs... Tout cela lui revint en mémoire. Elle frétillait intérieurement. Que de bons moments passés ensemble !

En un éclair, se retrouvant tout contre lui ;
la belle Elissa dans sa robe blanche et pure
posée par amour en travers de l'encolure
d'un hongre noir lanca vers le peuple ébahi

Un regard contrit et son bouquet de pervenches.
Dans un dernier regret, elle croisa les points d'or
Dans les grands yeux gris et bleus de son ravisseur.
Ensemble, ils fuirent bien loin de ce dimanche.

Si la suite de cette histoire vous intéresse, elle est contée en détail dans le
Lai de la mariée volée, d'un auteur anonyme.
Pour ce qu'il advint d'Elissa et d'Hebus, il n'est personne qui puisse réellement l'expliciter, sauf peut-être les deux intéressés. Il reste un mariage à finir, et un marié à consoler. Une famille en larmes, une témoin étrangère amusée, et tout pourra continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malpertuisoseetrit.darkbb.com
Elissa
Feue la Comtesse


Cantidad de envíos : 242
Fecha de inscripción : 14/09/2005

MessageSujet: Re: [Archive RP] Fragments de RP   Sam 21 Oct 2006, 14:20

Wanou35 à Margot, 20 octobre 1454 [Par MP]

La jeune baronne était encore dans la maison des Malpertuis lorsqu'elle reçut missive d'une lointaine contrée. La missive était maculée de terre par endroits, et l'humidité avait gagné deux bords. Le sceau était de couleur rouge, dépareillé et brisé à quelques endroits, mais tenant encore debout. Le sceau était inconnu de la jeune baronne, ce qui n'était pas étonnant, vu son manque de pratique des sceaux et des personnes qui les possédaient...

La missive qui s'y trouvait était pleine d'une écriture petite, pentue et faite à la va-vite. Elle avait dûe voyager par bien des monts et des vaux pour arriver...La jeune baronne l'ouvrit alors, tentant de ne pas tâcher ses habits par des éclats de cire ou d'eau et, prenant la lettre par un bord sec, déplia la missive, lisant ce qui suit:


Citation :
A la jeune maistresse de la maisonnée des Volpilhat, en la bonne ville de Carcassonne, santé et prospérité.

Ma dame, je tiens premièrement à m'excuser auprès de vous de l'empressement de ces lignes et de la saleté de la missive, qui n'est pas d'une hygiène irréprochable. J'ose espérer que mon écriture n'est point trop malaisée à déchiffrer, et m'en excuse auprès de vous. Je vous écris actuellement du territoire germain, où je suis actuellement parti pour affaires personnelles importantes.

Ma dame, je tiens secondement à m'excuser pour vous envoyer pareille missive en pareil moment. Mais...je n'ose croire à ce que j'ai ouï dire. J'ai à mes côtés Harracnor d'Haroué, jeune lieutenant de la garnison de Mende qui m'a informé ce jourd'hui de la rumeur selon laquelle votre mère serait décédée, voilà peu.

Ma dame, je...je ne peux m'empêcher d'espérer au fond de moi que vous répondiez par la négative à cette rumeur qui, j'ose le dire, se fait de plus en plus persistante. Si la dame de Volpilhat, si la plus belle femme de ce Royaume de France, de l'Empire Germanique et du Royaume de Navarre est toujours vivante, je vous prie en cela de ne point lire ce qui suit et de lui transmettre simplement mes plus vives salutations, et l'assurance que je viendrais la visiter au plus tôt, pour lui transmettre mes plus chaleureuses salutations. Si cette dernière, vient à...est...mon Dieu, j'en ai du mal à le dire...vient de passer de vie à trépas...alors...

Je ne peux que vous avouer l'émotion qui m'étreint le coeur rien qu'à cette idée. Oh, la baronne ne se trouvait pas être femme que j'aimais, dans le sens de la fine amor, ma dame, mais elle était en tout cas une femme que je respectais infiniment, et quelqu'un de qualité et de valeur. Je vous avoue que j'ai certes bien du mal à éviter l'émotion de trahir mes mots, et de leur faire prendre une tournure plus catharsistique qu'il n'y faudrait. J'ai...j'ai eu certes peur pour sa santé lorsque j'appris la mort de sa fille, mais...je préférais me bercer de l'illusion qu'elle tenait trop à la vie pour la quitter...

Ma dame, je ne peux que vous adresser mes plus vives condoléances face à cette épreuve. Le très haut, parfois, dans ses desseins, vient à reprendre ceux qui nous sont chers, et parfois, Dieu m'en soit témoin, je peux vous affirmer que l'on raserait jusqu'au fin fond du paradis pour ce coup du sort de la vie à notre encontre. Mais...Nous ne le pouvons pas.

Je vous annonce donc ma plus profonde compassion à votre encontre, et à celle de vos proches, et vous assure de mon soutien. J'ai été, autant que faire se peut, un appui pour votre mère, à l'époque où elle en avait eu besoin, et soyez sûre que je suis prêt, sur mon honneur, à en agir de même pour vous. Je...j'ose espérer, ma dame, que votre santé est bonne, que celle de votre famille de même, et j'y ajoute ainsi cet ange de beauté et de bonté et de bravoure qu'est votre mère pour moi, espérant avoir de votre part réponse négative.

Oserais-je vous demander si vous avez besoin de ma présence, si jamais le pire est advenu? J'ai...je le pense, passé trop peu de temps avec votre mère, ayant comme à mon habitude préféré la France à mes amis et proches, et je n'oserais l'imaginer alors que je laisserais sa fille seule, face aux évènements. Bien sûr, de votre réponse dépendra ma venue, soyez en assurée. Et soyez assurée qu'au besoin, mon ordre vous offrira aide, protection, soutien et asile.

Je vous salue donc, ma petite demoiselle, en attendant le plus impatiemment possible dans les circonstances présentes pour vous et moi votre réponse.

Sincèrement vostre,

Erwyn of Kylebonhamm, 35e du nom,

Chevalier de France,
Garde du Corps Royal,
Colonel de l'Ost Languedocien,
Capitaine de l'Ordre de Chevalerie Royal de la Licorne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://malpertuisoseetrit.darkbb.com
Marguerite
Maîtresse de maison


Cantidad de envíos : 645
Fecha de inscripción : 09/09/2006

MessageSujet: Re: [Archive RP] Fragments de RP   Ven 03 Nov 2006, 22:11

Margot à Wanou35 (retour précédente)

Un messager qui avait durant de longues semaines chevauché à travers monts et vaux, qui avait à maintes reprises demandé sa route ou des indications quant à la localisation du Chevalier Erwyn de Kylebonhamm, trouva enfin son destinataire.

Il lui remit la lettre légèrement froissée mais toujours cachetée qui suit :


Citation :
              Bram, le 22 d'octobre de l'an de Pasques MCDLIV

Messire de Kylebonhamm,

Je vous adresse cette missive en espérant qu'elle vous trouvera... Vous n'avez laissé nulle adresse où je pourrais vous l'expédier et c'est grâce aux quelques indices épars de votre lettre, notamment le nom du sire d'Haroué, fournis à mon coursier, que je souhaite qu'elle vous trouve.

Laissez-moi vous conter en quelles circonstances votre lettre me parvint, et soyez tout d'abord assuré que je comprends parfaitement qu'elle puisse être arrivée sale et qu'elle ait été écrite à la hâte, et que je ne saurais vous en tenir rigueur. Lorsqu'elle arriva le 20 d'octobre à l'Hostel des Malpertuis, où vous avez ce me semble eut le plaisir de loger une nuit ou deux, elle le trouva vide. Et pour cause... Même si d'ordinaire je réside à Bram, je n'y étais alors pas : je me trouvais à Narbonne où, et cela répondra de la pire façon qui soit à vos questionnements, je préparais l'enterrement de feue ma mère.

Oui, le lieutenant de la garnison de Mende ne se trompait nullement - ah, que cela fait mal à écrire ! - Elissa de Volpilhat, Comtesse d'Urgel, ma mère, est désormais dans l'au-delà.

Puisque tel est votre désir, je me rendrai dès que possible à Narbonne, où je lui transmettrai vos plus vives salutations et l'assurance que vous viendrez la visiter au plus tôt... dans la Crypte des Illustres, seule partie épargnée de la cathédrale de Narbonne qui s'enflamma à la fin de l'enterrement. Aristote m'assiste... Le Camerlingue Lorgol fut enlevé juste après l'enterrement. Cette nouvelle vous sera peut-être parvenue plus vite que ma lettre, par des personnes qui elles savent où vous trouver.

Toutes ces lettres que je reçois et qui témoignent de l'admiration que suscitait feue ma mère m'effrayent presque, je dois le dire. Non pas que vous eussiez mieux fait de ne point m'écrire, mais cela témoigne de qui fut ma mère, et j'ai bien peine à m'imaginer comment je pourrai un jour lui ressembler.

Je croyais également qu'elle tenait à la vie, mais tant de choses viennent assombrir mon coeur que je ne suis plus sûre de rien... De mauvaises langues s'amusent à dire qu'elle s'est donnée la mort, et cela me heurte, mais trouve écho en moi. Comment, pourquoi ? Quel aurait été son motif valable pour m'abandonner ? Non, je ne voulais pas le croire... Personne ne le saura jamais, Dieu merci. Je ne veux pas le savoir non plus.

Vos condoléances me touchent, messire, car je sais qu'elles sont motivées, que ma mère vous estimait. Je me souviendrai de votre volonté de m'aider, moi et les miens, et d'avance vous en remercie. Puisque vous me proposez vos services, je vous avoue que je songe à voyager, d'ici quelques mois, vers le Nord et la Champagne, peut-être même l'Artois et Tastevin. Alors, il me plairait d'avoir un ami tel que vous dans mon escorte, quelqu'un que je sais d'honneur et de bravoure.

Feue ma mère est morte, mais de là haut, elle nous regarde et continue de nous aimer.

Qu'Aristote garde votre route.

Marguerite de Volpilhat
Baronne de Bram
Damoiselle d'Hermeline
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marguerite
Maîtresse de maison


Cantidad de envíos : 645
Fecha de inscripción : 09/09/2006

MessageSujet: Re: [Archive RP] Fragments de RP   Dim 21 Jan 2007, 01:26

Margot de Volpilhat

La nouvelle avait été annoncée, un Comte était choisi pour le Languedoc. La noblesse, ce jour-là, devait normalement se rassembler pour renouveler son serment de fidélité, sous l'égide du héraut de la marche héraldique de Languedoc.

Marguerite eut l'honneur de s'avancer la première devant ce Comte. Elle ne laissa rien transparaître de ce qu'elle pouvait penser de lui, même si dans sa tête d'enfant ce qu'elle en avait entendu de ci et de là se recoupait pour se forger une image de l'homme.
Le seigneur de Villesiscle, son précepteur et vassal, lui avait dressé portrait des personnes les plus influentes du Comté, ce que sa mère avait déjà commencé par le passé.

De tout ce qu'elle avait appris et compris, des déclarations qu'avait fait le sire GeoKeR sur son humble désintérêt du poste de Comte au moment de la campagne, de bien d'autres choses... elle voyait en cet homme un nouveau Charles de Bourbon pour le Languedoc. Et la pensée de ce qu'avait fait le seul de ce nom à sa famille la fit frissonner. Au moins, le sire GeoKeR aurait le mérite de n'avoir pas ce penchant détestable.

Cette petite flamme d'espoir fut celle qui l'entraîna ce matin-là vers les marches du Château comtal de Montpellier en haut duquel trônait le nouveau Comte. Comme à son habitude, elle était vêtue de blanc pour marquer le deuil de sa mère. Un serviteur l'accompagnait, portant Almade, son épée, encore trop lourde pour son jeune âge.

Debout, elle faisait la taille que les autres nobles avaient lorsqu'ils s'agenouillaient. Malgré tout elle posa genoux en terre, comme cela se faisait depuis des siècles, et dit, une main sur le Livre :


-"Moi, Marguerite Charlotte Victorine de Volpilhat, Dame d'Hermeline par l'héritage, prête ce jour allégeance au seigneur des terres du Languedoc, sur les Très Saintes Ecritures Aristotéliciennes.

Je promets en ma foi d'être toujours fidèle au Comté et à son Seigneur, de lui fournir aide et conseil dès qu'il me le demandera et de lui garder entièrement contre tous mon hommage, de bonne foi et sans ruse.

De là en avant, le Comte GeoKeR me reconnaît, à moi et lorsque cela sera, à mes héritiers, les terres de Bram, afin d'y trouver subsistance. Il s'engage à assurer à moi et aux miens protection et justice."

Mais elle ne s'arrêta pas là, et continua :


-"Messire Comte, daignez considérer que les revenus de Bram dépassant ma consommation sont dès à présent à votre disposition pour reconstruire la Cathédrale de Narbonne qui fut détruite par les flammes, en preuve de mon attachement à ces terres et de ma foi aristotélicienne."

Dès lors, elle attendit l'accolade du Comte pour pouvoir ensuite se retirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marguerite
Maîtresse de maison


Cantidad de envíos : 645
Fecha de inscripción : 09/09/2006

MessageSujet: Re: [Archive RP] Fragments de RP   Dim 21 Jan 2007, 01:27

GeoKeR

GeoKeR revenait de son entrevue où il avait preté allégeance au Roy. Les voyages le fatigaient beaucoup, n'étant pas remis de ses nombreuses blessures des évènements de Béziers.
Il écouta l'allégeance de Margot de Volpillhat, cette petite fille l'impressionnait, pas plus haut que ça mais déjà très au fait des convenances et de la politique. A cet age là il refusait d'apprendre à lire et il écoutait les histoires de son mentor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Archive RP] Fragments de RP   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Archive RP] Fragments de RP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UN archive captures horrors and heroism of Haitian quake
» Archive ranking
» D.Gray-man : The Lost Fragments
» [Archive 2009] [Non officielle] Provins
» Messages de soutien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Famille de Volpilhat - Familia de Volpilhat :: Fiefs des Volpilhat - Feudos de los de Volpilhat :: L'Hostel des Malpertuis :: Dans l'Hostel :: La bibliothèque-
Sauter vers: